• Frightful Country

    Frightful Country

    "Frightful Country" est une fic qui parle d'un explorateur qui doit allé répertorier deux îles hantés : L'Ile des Revenants et Frightful Country (qui veut dire "Affreux Pays").

    Je me suis inspiré d'une carte qu'on devait faire en art. 

    Je mettrai bientot des photos de ma carte faut juste que j'y pense et que j'ai pas la flemme (comme maintenant) :)

    PS : Y faut pas lire de la première page à la dernière mais de la dernière a la première.

  • 8ème jour : En se levant, Claret aperçu un nuage en forme de tornade. Il me prévint aussitôt. Bleak, expert en météorologie et a l’aide de ses outils, nous dit que c’était juste un nuage comme les autres mais que rien de grave ne s’annonçait.

    Cependant, 2 heures plus tard, une énorme tempête se leva et le nuage s’avançait. Bleak paniqua. Il n’avait jamais vu quelque chose comme cela.

     

    « - Je suis désolé. Il va surement avoir une tornade et j’ai prétendu le contraire. Je suis incompétent.

      - Ce n’est pas ta faute Bleak ! Plus on approche de cette terre et plus c’est étrange, tu le sais bien. Va te reposer je me charge du bateau. »

     

    Blood vint me voir : il voulait prendre un peu le volant. J’allai donc me reposer. Je songeai à toutes ces choses étranges. Cela me fesait peur mais en même temps, ça me fascinait légérement. A vrai dire j’étais un peu perdu.

     

    La tempête fit de nombreux dégats sur le bateau. Loath prit les commandes pour la nuit. En tant que chef de l’équipage, je voulus rester a ses cotés au cas ou quelque chose de grave arriverait à nouveau. J’espère que nous arriverons demain et que les choses étranges cesseront.

     

    Au faite, Blood est venu me voir. Il m’a raconté le coup de fil qu’il avait reçu. C’est vraiment bizarre. Mais dans quelle histoire nous ai-je embarqués ?

     

    9ème jour : Nous apercevons les terres mais nous sommes encore loin. Les arbres morts avaient disparus peu a peu. Mais d’un coup, ils revinrent. Une branche venue de nulle part tomba dans le bateau et manqua de faire tomber un autre mat.

    Claret prit l’initiative d’appeler nos familles. Je lui dis de le faire en premier, Loath appela en deuxième puis ce fut au tour de Bleak et de Blood.

    Leurs familles allaient bien. Il était tous très attristés et inquiets. Je le voyais dans leurs yeux.

    Blood me passa le téléphone pour que j’appelle ma famille. Je lui répondis qu’il fallait d’abord que je prévienne les familles de Nefarious, Willis, Chills et Morbid. Je passai énormément de temps a leur expliquer, m’excuser. J’avais déjà anéanti 5 familles. Et je risquai d’en anéantir 4 autres. Ou 5…

    J’ai énormément peur.

    Je pouvais enfin appeler ma famille. J’avais énormément besoin de parler a ma femme et mes enfants. Ils me manquent tellement !

    Mais au moment de prendre le téléphone, je vis que le crédit avait été dépassé. J’avais le visage décomposé. Mes compagnons était malheureux pour moi.

    Je devais attendre 4 jours avant que le crédit se recharge et que je puisse enfin parler a ma famille.

    Mais pour l’instant, il fallait se concentrer sur l’expédition.

    Je demandai à Blood d’aller chercher l’encre. Il ne nous restait plus que 3 ou 4 heures de navigation.

    Nous commençâmes à ranger et préparer nos affaires.

    Nous étions si excités et inquiets à la fois !

     

    On aperçoit l’ile de plus en plus. Les arbres morts sont de plus en plus nombreux. La mer est plus noire que bleue. J’aperçois aussi des arbres morts sur l’île. Il n’y a ni route ni sable frais. Que de la terre sèche.

     

    Puis d’un coup, Loath se mit à pleurer. Sa femme lui manquait. Tout l’équipage suivit le rythme.

    J’essayai de les convaincre d’arrêter, que moi je n’avais même pas pu téléphoner à la mienne mais ça ne servait a rien. Ils remplissaient le bateau de larmes. Ils disaient qu’ils ne pouvaient plus se controler.

     

    Enervé, je m’en alla pour m’enfermer dans ma cabine.


    votre commentaire
  •  

    5ème jour : Il commençait à faire froid. Nous approchions de plus en plus de l’île quand le vent souffla. Nous levions les voiles mais la tempête se levait déjà. Nous avions reculés de plusieurs kilomètres tellement le vent soufflait. Il fallait lutter pour avancer. Comme si une force nous en empêchait. Je commençai à penser que Frightful Country était hanté. Nous allions d’abord répertorier L’Ile des Revenants, puis Frightful Country. Nous allions arriver en retard, cela était sur. 3 heures plus tard la tempête se calma. Seul l’orage restait. Ouff, pensais-je, au moins, il n’y avait pas eu de tornade !

     

    6ème jour : Il fait froid. Très froid. Nous aurons deux jours de retard. Nous étions tous très fatigués. Seul Willis se sentait assez fort pour conduire « L’Espoir ». La tempête avait disparue. Mais pas le froid. Nous étions tous sur le ponton et quelque chose d’abominable se passa. Chills se pencha pour regarder la mer, quand quelque chose le poussa. Il tomba dans l’eau glacée. Wills, sans réfléchir sauta à son tour dans l’eau. Mes six autres compagnons et moi essayions de les rattraper. Nous échouerons.

    Trois de nos compagnons étaient donc morts en 6 jours. Enfin c’est ce que je pensais. Mais tout à coup, Nefarious s’exclama :

    « Il faut rattraper les corps ! »

    Et il se jeta à son tour à l’eau.

    Nefarious avait voulu se suicider.

    Et il avait réussi.

    Nous étions donc plus que six : Loath, Bleak, Blood, Claret, Morbid et moi, Awful.

     

    7ème jour : Nous apercevions une île. Sans doute L’Ile des Revenants. Des sortes d’arbres morts gisaient dans la mer. Plus on avançait et plus il y en avait. Finalement, nous allions rattraper notre retard. Le téléphone sonna.  Alors que je conduisais le bateau, Blood alla répondre.

    « - Oui ?

    -      N’allez pas dans ce pays.

    -      Qui est a l’appareil ?

    -      Ecoutez moi bien. Ce pays est hanté. Vous avez déjà perdu 4 de vos compagnons. Ne pensez vous pas qu’il faudrait faire demi-tour ?

    -      Certes, certains sont morts mais nous sommes décidés à allez la bas et ce n’est pas un inconnu qui nous fera changer d’avis.

    -      Comme vous voulez. Vous ne pourrez pas dire que je ne vous aurez pas prévenu. »

    Et il raccrocha.

    Alors que Blood revint tout patraque, le bateau se mit a tourner tout seul. Je ne pouvais plus rien controler ! Tous se mirent à un poste mais c’était peine perdue, quelque chose avait mal tourné. Le vent se leva et un mat se décrocha. Il tomba sur Morbid qui mourut sur le coup. Nous étions pétrifiés. Après lui avoir dit au revoir, nous jetâmes le corps à l’eau.

    Qu’allais-je dire à ces pauvres familles ? Nous étions partis à 10 et nous sommes plus que 5. Quel est le malheur qui nous a frappé ? De plus, nous avons perdu 5km.

     

    L’inquiétude se fesait de plus en plus grande et l’atmosphère ainsi que l’ambiance devenaient pesants…


    votre commentaire
  • Chapitre 3

     Du sang pourpre coulait du corps de Spook. Je courus vers lui et mit ma main sur son cœur. Qui ne battait plus. Spook était mort. Comme dans la légende. J’appelai tout mes compagnons. Nous avions tous les yeux rouges de tristesse et les joues mouillées par les larmes, qui ruisselaient comme des perles. Nous ne fîmes pas une mais deux minutes de silence en sa faveur. Puis, Loath eu le courage de reprendre la navigation.

    Mes autres compagnons et moi allâmes nous coucher.

     

    4ème jour : Nous étions toujours très affectés par la mort de Spook. Puis, Bleak nous rappela que nous avions promis à nos familles que nous les appellerions le 4ème jour. L’angoisse monta. Comment annoncer à la famille de Spook que celui-ci était mort ? « Possédé » ?

    Je commençai à appeler ma famille, car j’étais le chef. Puis ce fut le tour de Loath, de Bleak, de Nefarious, de Blood, de Claret, de Morbid, de Willis et enfin de Chills. Maintenant, il fallait affronter notre peur et…appeler la famille de Spook. Blood voulu prendre la parole, mais, étant le chef, je lui dis que c’était moi qui devait affronter cela, car toutes leur vie reposait sur mes épaules. La femme de Spook s’effondra. Toute sa famille était présente, car il savait que nous allions appeler. Mais il pensait qu’ils parleraient à Spook et non à moi. Tous lui demandèrent ce qu’il se passait. Mais elle ne répondit pas. La mère de Spook prit le téléphone.

    «Que se passe-t-il ?! Ma belle fille vient de s’effondrer au sol et ne répond plus ! Qu’avez-vous fait à mon fils ?! »

    Derrière sa voix ferme, les questions fusaient. On entendait aussi les pleurs de Flower, la femme de Spook.

    Ce fut un moment horrible. L’un des pires jours de ma vie si…mouvementée.

    J’eus du mal à reprendre la parole.

    « -Spook est…mort. Très étr…

    -Quoi ?! Mon fils est MORT ?! M…mais comment ce fait-il ?! »

    -Je voudrais finir ma phrase : Spook est mort très étrangement.

    -C…comment ça ?!

    -Et bien je vais tout vous expliquer. Depuis notre départ, nous avons l’impression de commettre une erreur d’aller à Frightful Country. Nous pensions que c’était seulement parce ça faisait longtemps que nous n’avions pas pris la mer. Avant-hier, Spook a dit avoir vu une forme noire quand il conduisait le bateau. Il a eu peur et a fait croire qu’il avait besoin de prendre une douche. Loath a pris le relais. Quand Spook a voulu prendre une douche, ce n’est pas de l’eau qui est sorti du pommeau mais cette fameuse forme noire. Aussi, quand il est sorti, il avait la peau de couleur pourpre. Et il essayait d’éviter Loath, car dès qu’il le voyait, il avait une folle envie de le tuer. Cela m’a rappelé une légende que ma mère m’avait racontée. Un voleur, avait été possédé par le diable, et sa peau s’était colorée de pourpre. Il est mort peu de temps après. Hier matin, Spook ne se levait pas. A midi, je suis allé voir et…il était mort… Du sang pourpre tout autour de lui…

    -C…c’est vraiment improbable !! Mais bon, je suis sure que vous dites la vérité.

    -Oui je dis la pure vérité madame. Si vous voulez bien m’excuser, je dois aller conduire le bateau. Au revoir madame.

    -Au revoir Capitaine Awful.

     

     

     


    votre commentaire
  • Chapitre 2

     1er jour : Cela fait à peine un jour que nous naviguons, et nous avons déjà l’impression de commettre une erreur.

    Serait-ce parce que nous nous sommes peut-être trompés de chemin ? Non, je ne pense pas. Nous avons à notre disposition plusieurs instruments, ainsi que la position du soleil le jour, et de la lune la nuit, sans oublier les fameuses lignes imaginaires, appelées latitude et longitude.

    Serait-ce cette terre soi-disant « hantée » qui veuilles nous empêcher d’arriver à destination ? Humm… Je ne pense pas non plus. Après tout, même si cette terre est vraiment « hantée », elle n’est quand même pas vivante !

    Peut-être que nous nous faisons seulement des illusions. Pourtant, nous avons une conviction assez…importante.

    Bref, il faut que j’aille aider mes compagnons, cher journal de bord. Peut-être que demain, notre impression de « commettre une erreur » se sera dissipée. Ou pas…

     

    2ème jour : Plus nous avançons, plus nous avons peur. Notre impression de « commettre une erreur » ne s’est pas dissipée. A notre grand regret…

    Nous sommes un peu fatigués. Mais nous pouvons tenir encore. Mais, Spook à l’air tout…patraque. Je me demande s’il va bien. Cher journal de bord, attend moi quelques petites minutes, je vais aller lui parler.

     

    Je suis allé voir Spook. Il avait la peau …violette. Cela me rappelle que, quand j’étais petit, j’adorais que ma mère me lise ou me raconte des légendes. Elle m’en avait racontée une, celle d’un voleur, qui fut possédé par le diable et sa peau était devenue violette. J’ai pris peur. Mais j’ai tenu bon. Je lui demandé ce qui s’était passé. Voilà ce qu’il m’a dit :

    « J’étais en train de naviguer, car s’était mon tour. Je vis une forme noire, impénétrable. J’ai dis à Loath que je devais aller prendre une douche car je me sentais sal. C’était un mensonge bien sur, mais…j’avais peur. Au final, je pris quand même une douche. Grande erreur. La forme noire sortit du pommeau, à la place d’eau. Puis, tout doucement, ma peau s’est colorée de violet. J’essaie d’éviter Loath car, à chaque fois que je le vois, j’ai envie de le tuer. »

    Je lui répondis que toute cette histoire était bizarre. Je lui ai raconté la légende sur le voleur possédé. La, il eu peur, et me dit de partir. J’obéis.

    Je ne sais pas ce qui passe, mais ça ne me dit rien qui vaille.

     

    3ème jour : Je me réveille. Nefarious arriva en trombe dans ma chambre. Je lui demandai ce qui passe. Il me dit que Spook ne se réveillait pas. Je lui dis que hier il n’était pas bien et que c’était donc normal qu’il ne se réveille pas tout de suite.

    Mais, à midi, Spook n’était toujours pas sorti de sa chambre.

    Je commençai à m’inquiéter à mon tour. Etant le chef, j’étais le seul à posséder les clés de chaque chambre. Je dis à mon équipage, qu’à l’aide de mon double, j’allais aller voir ce qui se passait avec Spook.

    Je rentrai donc dans sa chambre. Et ce fut…l’horreur !

     

     


    votre commentaire
  • Chapitre 1

     Un jour, je fus convoqué par le Président de France. Je quittai donc mon pays pour m’y rendre.

    Le Président me dit :

    « Il y a une terre non explorée officiellement, située dans l’océan Atlantique, près de l’Alaska. Mais pourtant, des personnes habitent là-bas. La terre est déjà nommée. Frightful Country. Il s’y passe des phénomènes étranges. L’état Italien dit qu’ils y ont déjà envoyé trois navigateurs, deux y ont péris, l’autre est revenu possédé. Après avoir essayé de posséder plusieurs personnes, il fut emprisonné puis, peu de temps après, mourut.

    Vous, qui êtes un explorateur compétent, je vous demande donc, avec l’accord de la Reine d’Angleterre, d’explorer cette terre. »

     

    Quelque chose me dit que je ne devais pas accepter. Mais pourtant j’en avais envie. Cela faisait maintenant presque 5 ans que je n’avais pas exploré de nouvelles terres. Je ne pouvais pas refuser cette proposition ! Même si cela me terrifiait…

    J’acceptai.

     

    Il me demanda si je voulais une équipe française ou anglaise. Je répondis que j’en voulais une anglaise car je ne parle pas le français, et puis, j’avais déjà mes compagnons de mer. Mais ce fut une très grande erreur d’embaucher ceux-ci…

    Mon équipe et moi commencèrent donc à construire un bateau. Nous mîmes 1 an à travailler avec acharnement pour un bateau solide. A l’achèvement du bateau, nous commencions à songer à un nom.

    Puis, Loath, un de mes compagnons les plus fidèles, trouva un nom : « L’Espoir ».

    Je lui demandai pourquoi. Il me répondit que nous étions tous terrorisé à l’idée de nous rendre à Frightful Country, alors, ce bateau pourrait nous redonner de l’espoir. Mes autres compagnons, ainsi que moi, approuvèrent son idée.

    La semaine d’après, nous appelâmes le Président de France, pour lui dire que nous étions prêts à partir. Il se rendit donc en Angleterre pour voir notre bateau, et signer les derniers contrats avec notre Reine.

    Le lendemain, il y avait beaucoup de monde sur les quais. Nos femmes, nos enfants, Notre Reine, Le Président De France, des journalistes, des paparazzis (pour le Président et la Reine) et d’autres gens, des curieux.

    Nous dîment au revoir à notre famille respective et prîmes le large. Nous voyions les larmes ruisseler sur les visages de nos femmes, ainsi que de nos enfants.

     

    Nous en avions à peu près pour une semaine de voyage…


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique